Berrichon du Cher moutons

Origine de la race Berrichon du Cher

 

Race typiquement française, le berrichon du cher tire son origine d’une ancienne population berrichone imprégnée, dès la fin du XVIIIe siècle, de sang mérinos d’Espagne, puis de sang anglais jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Dès 1880, la race a fait l’objet d’un long travail de sélection qui a permis sa fixation. Dans les années 1910-1920, les éleveurs français se sont attachés à sélectionner un animal plus trapu et épais, plus prolifique, mieux adapté aux conditions du marché.

On retrouve ainsi aujourd’hui une race reconnue pour la qualité de sa viande.

Cette race est aujourd’hui largement utilisée en croisement industriel en Europe et dans les Pays de l’Est. A ce jour, le cheptel français est estimé à 140 000 femelles. La race est principalement implantée dans le Centre, le Limousin, l’Aquitaine et le Midi-Pyrénées. Les béliers sont recherchés pour le croisement industriel dans la plupart des zones françaises.


Aptitudes et qualités de la race Berrichon du Cher

Le Berrichon du Cher est exploité, soit en race pure pour ses qualités maternelles et sa rusticité, soit en croisement industriel sur de nombreuses races où ses qualités de précocité et de bonne conformation permettent d’obtenir des agneaux lourds sans excès de gras.

La race possède une grande souplesse d’adaptation qui lui permet les modes d’élevage les plus diversifiés (bergerie, semi plein-air, plein air) et une capacité de désaisonnement remarquable autorisant la conduite des troupeaux, tant en agnelage de printemps qu’en agnelage d’automne, où il est plus aisé d’exploiter le potentiel de croissance des agneaux.

Précocité :

Croissance rapide des agneaux, 365g de G.M.Q. pour les mâles simples. Les agneaux sont abattus entre 100 et 130 jours à 35 – 40 kgs.

Désaisonnement naturel :

60% des agneaux naissent de septembre à novembre naturellement en oestrus naturel permettant une grande souplesse de production.

Adaptabilité :

Exploitée en complément des cultures dans les zones céréalières en production d’agneaux de bergerie, elle s’adapte également à l’élevage de plein air avec des agnelages de printemps.


La sélection

Le programme d’amélioration génétique a pour objectif principal l’amélioration des caractères de production de viende de la race : 100 béliers, issus d’accouplements raisonnés entre les brebis ayant les meilleures qualités d’élevage et les béliers améliorateurs, sont évalués en Station de Contrôle Individuel chaque année.

Les 10 meilleurs d’entre eux sont testés sur descendance « aptitudes bouchères ». Les contrôles portent sur la vitesse de croissance et les qualités de carcasses, notamment l’état d’engraissement et la répartition du gras.

A partir de 2014, l’accent est porté sur les aptitudes d’élevage avec connexions Aptitudes Maternelles affin d’optimiser ces performances


Qualités maternelles* :

Prolificité : 1.57
Poids Âge Type de 30 jours des mâles nés doubles : 12 kg.

Aptitudes bouchères* :

Poids des béliers : 100 à 140 kg.
Poids des brebis : 70 à 80 kg.
Gain Moyen Quotidien 30/70 jours des mâles simples : 341 g